Techniques

ProjectionLe Vovinam Viet Vo Dao possède un programme technique dense et très complet. Voulu par son fondateur comme un art martial de synthèse, il englobe la plupart des techniques martiales présentes en Asie du Sud-Est. Le Vietnam a une tradition martiale ancestrale et une histoire mouvementée. Inlassablement envahi, souvent en guerre, les arts martiaux s’y sont développés le plus souvent dans la clandestinité et la maîtrise de techniques d’attaque et de défense a longtemps été une question de survie.

Le Vovinam Viet Vo Dao est le résultat d’un long travail de recensement et d’organisation de ces techniques qui sont désormais ordonnées dans un programme très précis et très codifié. Pour chaque grade, un ensemble de techniques est à apprendre. Cet apprentissage est toujours progressif et du fait de la grande variété des techniques à s’approprier, aucun entraînement ne ressemble à celui d’avant ou celui d’après, ce qui fait qu’on ne s’ennuie jamais lorsque l’on apprend le Vovinam.

Dans notre club, nous avons choisi d’enseigner le Vovinam de la même façon qu’au Vietnam, en suivant un déroulé précis.

Déroulement des entraînements

Après le salut, chaque entraînement commence par un échauffement (réveil musculaire, étirements, montée en régime du cardio). Ensuite nous travaillons le physique (pompes, abdos, renforcement musculaire) puis un travail sur la souplesse, indispensable pour pratiquer dans de bonnes conditions.

La seconde partie du cours est consacré à l’apprentissage des techniques individuelles (frappes sur raquettes, travail des chutes, acrobaties).

Enfin, les élèves sont répartis par groupes de niveau afin de travailler les techniques à deux (techniques d’assaut, self défense, combats codifiés, ciseaux ou armes pour les grades avancés).

Les techniques à connaître

On distingue 4 grands types de pratique :

  • les techniques de base que l’on apprend seul, puis que l’on applique ensuite avec son partenaire ;
  • les techniques composées (enchainement de plusieurs techniques) que l’on pratique avec un partenaire ;
  • les song luyen, application des techniques apprises dans des combats chorégraphiés ;
  • les quyens qui permettent de revoir seul, ses techniques et de les perfectionner.

Les quyens sont des combats codifiés contre un ou plusieurs adversaires imaginaires. Ces combats peuvent être très chorégraphiés et selon le niveau de difficulté, puiser leur essence dans des combats épiques mettant en scène des animaux issus du bestiaire martial asiatique. Le Long Hổ Quyền par exemple, que l’on apprend pour passer son 3e cap représente le combat d’un tigre contre un dragon alors que le quyen suivant pour passer la ceinture jaune, reprends, de façon beaucoup plus prosaïque, les techniques d’assaut apprise l’année précédente. Ce principe de leçon, face à un adversaire imaginaire existe dans la plupart des arts martiaux sous des appellations diverses (selon les langues : katas, taos, poomse…).

Ainsi, le vovinam permet, au cours de son apprentissage, de se confronter à toutes sortes de pratiques différentes, ce qui en fait l’un des arts martiaux les plus complets que l’on puisse pratiquer.

Les techniques dîtes de « pieds poings »

C’est la partie essentielle du programme, composée de techniques de coups de poing, de coups de pied, de coups portés avec le tranchant de la main (ce que nous appelons des sabres), des coups de coudes, de genoux, des balayages, des blocages bien entendu pour parer tous les coups cités, des techniques d’assaut (enchainements de 2 à 15 coups réalisés face à un adversaire).

Les techniques de self défense

Savoir se défendre et se dégager en cas de saisie à bras le corps, par les cheveux ou face à un adversaires qui vous empoigne, effectuer des clés de bras permettant d’immobiliser un assaillant, apprendre à projeter un adversaires, toutes ces techniques sont au programme des deux premières années de vovinam (ce sont généralement les premières techniques que l’on enseigne aux débutants).

Les ciseaux (Don chan)

Une des particularités du Vovinam viet vo dao, c’est l’apprentissage des ciseaux qui consistent à attaquer un ou plusieurs adversaires en le saisissant ou le percutant avec ses jambes. Techniques aussi spectaculaires qu’efficaces, il existe 21 ciseaux au programme. L’apprentissage est très progressif. Les premiers ciseaux se font au niveau des jambes, puis l’année suivante on monte au bassin puis au torse pour arriver au niveau de la tête au bout de quelques années de pratique.

La lutte (Vat)

La lutte est un ensemble de techniques pratiquées à un niveau confirmé (préparation de la ceinture jaune). Il existe 3 song luyen de Lutte regroupant 28 techniques.

Les armes (Vu khi)

Il y a une quinzaine d’armes au programme technique, dont : le couteau, le sabre, la hache, le bâton, la hallebarde, le pistolet, la baïonnette, la règle, la machette, le sabre large, l’épée…